Ledenon 1 : belle entrée

  • Par jej19
  • Le 2012-01-09

Ma premère course de la saison se déroule sur le circuit de Lédenon. Ce va être pour moi une première grande en émotions mais aussi l'occasion de me situer dans cett coupes de France très relevée.

Voici le compte rendu de la course :

Nous sommes jeudi soir et j’arrive avec un ami au circuit de Ledenon. J’ai été roulé une seule fois ici et je n’ai pu faire que deux sessions pour cause de tempête… J’avais roulé en 1’48 et des poussières, les meilleurs temps en 500 sont en 1’36’’0… Je dispose de quatre sessions le vendredi pour essayer de régler ma moto et améliorer mes chronos. C’est ma première course et je ne connais encore personne dans les paddocks…

 

Vendredi, je commence mes sessions et première impression : « J’me traine !!! » L… Pas de panique, c’est normal, c’est ma première course et je ne connais quasiment pas le tracé. On se reprend ; je roule déjà beaucoup plus vite que la dernière fois! Et puis petit à petit je commence à doubler d’autres pilotes, je suis rassuré, au moins je ne serai pas dernier!!! A la fin de la journée je roule en 1’44. Je suis satisfait et on essayera d’améliorer ça demain aux qualifs! Entre temps, un autre collègue vient nous rejoindre dans la soirée.

 

Samedi matin, on se lève, le ciel est très menaçant mais la piste est sèche. Nous sommes à 10 minutes du début des qualifs alors qu’une énorme pluie s’abat sur le circuit… Le dilemme est que l’utilisation de pneus "pluie" est autorisé est que la piste commence à être détrempée… Allez, je dis à mes deux acolytes de changer les jantes avec les pneus secs pour celles avec les pneus pluie. Dix minutes plus tard, les roues sont montés mais la roue arrière ne tourne pas, panique!!! Une entretoise à été oublié… vite on remonte tout bien! J’ai perdu 5 minutes du temps de la qualif… Je pars furieux mais me calme en entrant sur la piste voyant les conditions plus que délicates!!! Il y a pleins de pilotes qui partent à la faute, il ne faut pas que je les imite!!! Alors je descends les chronos doucement mais surement sans avoir aucune idée des chronos à réaliser. Je commence à doubler pleins de pilotes qui sont en difficulté avec leurs pneus secs. Lorsque je passe dans les stands au bout de 6 tours, mes collègues en bord de piste me font signe de ralentir, je m’exécute puis rentre au stand. Je n’ai aucune idée de ma position mais pense avoir plutôt bien roulé... C’est alors que mes camarades m’annoncent que je suis en 12ème position!!! Je n’en reviens pas, c’est ma première qualif et je me qualifie 12ème !!! Ca risque d’être plus compliqué demain…

 

Dimanche, première course. La piste est mouillée mais commence à sécher à certains endroits… Un embrayage trop secoué et le manque d’expérience me font louper mon départ avec des wheeling impromptus… Premier virage c’est la déferlante de motos et je me fais doubler de tout les cotés. Mon objectif principal est de finir la course, je n’ai vraiment aucune connaissance des pneus secs sur le mouillé et la piste est vraiment délicate car trempée à certains endroits et sèche à d’autres… Je redouble quelques concurrents et fini la course en 20ème position avec un meilleur chrono de 1’43! Il va falloir envoyer cette aprem…

 

Deuxième course. Un voisin de paddock ayant ouïe dire de ma position en qualif me prête des couvertures chauffantes et un groupe électrogène pour la prégrille! Je suis au top. Les concurrents me regardent du coin de l’œil surement en se disant : « c’est qui ce mec qui débarque 12ème avec un attirail de moto GP ?! » il fait beau ou presque et la piste est sèche! Feu vert, Je refais des wheelings au départ mais essaye de m’accrocher dans le premier tour. Je pointe à la 20ème place et je vois au bout de la ligne droite un groupe de quatre pilotes. Je roule FORT et tente de remonter. J’effectue mon second tour en 1’41’’88 à l’alfano, je suis « a bloc » ! En quelques tours je suis remonté sur ce groupe de quatre et les ai doublé un par un. Je suis 16ème mais je n’arrive vraiment pas à distancer deux des quatre concurrents que j’ai doublé… Il y a Poirier le 96 et Tranchant le 77, on roule en 1’42 et les attaques fusent… je parviens toujours à reprendre rapidement ma position mais les tentatives de mes adversaires deviennent de plus en plus virulentes… J’entame alors la descente du camion (fond de 5) en ayant un peu élargi ma trajectoire. Je reviens milieu de piste, je suis dans l’axe de la descente quand soudain je vois une roue venir taper mon silencieux. La moto bascule immédiatement, c’est la chute. Je roule dans tous les sens, et m’envole à plusieurs reprises… J’arrive en bas de la descente dans un bac à graviers, je vois le drapeau rouge, je suis furieux! Je crie, mets des coups de poings dans les graviers de toutes mes forces et j’ai en fait beaucoup de chance d’être entier… Je ne sais pas qui m’a percuté sur le moment mais il n’y qu’une seule moto par terre et c’est la mienne… Je reprends mes esprits et vais aider le commissaire qui est à coté de ma moto, et rentre aux stands. Je ne peux pas repartir pour le deuxième départ car ni la moto ni moi ne sommes en état et j’aperçois alors le 96 remonter la voie des stands. Mes collègues me disent en suite que c’est une moto noire qui m’a percuté. J’en déduis donc que c’est Poirier le 96 qui m’a percuté en tentant de me doubler dans un des endroits les plus dangereux de tout le championnat… Je rentre au paddock et n’arrive rapidement plus à poser le pied par terre, ma cheville a doublée de volume… On commence à ranger en espérant que celui-ci vienne s’expliquer, chose qui n’arrivera pas… Depuis il n’est jamais venu s’excuser…

 

Voila comment s’est déroulé ma première course, j’en garde un souvenir plus qu’amer mais suis content d’avoir pu directement me battre pour la porte des points après un si mauvais départ

 

Revanche à prendre à la deuxième manche le 11 septembre !!!

 

Jérôme Hazart.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site