Carole : à domicile

  • Par jej19
  • Le 2012-01-09

Ce weekend, l'épreuve à lieu sur le circuit où j'ai réalisé mes premiers tours de roue !!! Malgré des qualifications en demi-teinte, le weekend s'annonce magique...

Arrivé sur le circuit dans la soirée de jeudi, ce weekend je joue à domicile! En effet, Carole est le circuit où j’ai fait mes tout premiers tours de roue et sur lequel je me suis entrainé pendant 6 mois. J’ai été roulé dimanche dernier et j’ai amélioré mon meilleur chrono qui est passé de 1’12’’66 à 1’10’’85. Ce chrono m’aurait permis de me qualifier en 3ème position l’an passé !!! Je pars donc optimiste, sachant que je peux encore améliorer certaines choses dans mon pilotage.

 

Vendredi, je commence mes sessions et l’ambiance sur la piste est déjà tendue, des pilotes s’arsouillent comme jamais alors que d’autres partent à la faute… Je reste concentré et essaye de prendre les roues des pilotes plus rapides. Je parviens à améliorer mon chrono qui descend avec un meilleur tour en 1’10’’75. La série suivante, j’améliore encore en 1’10’’45! La session de l’après midi va se dérouler sous la pluie, je suis tout seul et n’ai pas le temps de mettre les pneus pluies… Ce sera un bon entrainement pour les courses de ce weekend qui s’annoncent plus qu’humide… Je roule avec pour principal objectif de rester sur mes roues. Je roule en 1’22 ce qui est plutôt satisfaisant. Je suis impatient pour la qualif de demain !!!

 

Samedi matin, on se lève, le ciel est très menaçant mais la piste est sèche. Les pneus sont neufs et je pars pour la qualif serein avec pour objectif d’améliorer mon chrono de la veille ou à défaut, de réitérer la performance! J’emprunte la piste et je me rends compte tout de suite que ça ne va pas. La moto dribble horriblement de l’avant et je ne peux pas rouler, je suis à 2 secondes de mes chronos de la veille!!! Je rentre aux stands et dégonfle le pneu avant, pensant que la cause du problème est la surpression de celui-ci… Je repars, ca va un peu mieux mais ça reste très délicat et je n’arrive à améliorer de seulement quelques dixièmes… Je repasse par la voie des stands pour redégonfler le pneu avant, mais sans manomètre, je retire trop d’air et la moto n’est plus conduisible du tout… Je rentre. Cette séance cauchemardesque se finit enfin, je partirai 15ème sur la grille. J’ai roulé en 1’11’’842 soit  une seconde et demi moins vite que la veille, je suis dégouté! Je cherche ensuite à trouver la cause de ce dribble et c’est en discutant avec le champion de la saison que je vais trouver : un pneu arrière trop gonflé… C’est une erreur stupide, mais il faut que j’arrive à passer outre et que je me concentre d’ores et déjà sur la course de l’après midi.

 

 

Samedi, 15 heures, la pluie s’est abattue vers midi mais la piste est de nouveau sèche! Deux pilotes qualifiés devant moi se voient contraints de partir du fond de la grille pour des gants non conformes (troués…). Je m’élance derrière le n°47 qui est réputé pour ses départs performants et sa mise en action très rapide! Feu vert, j’arrive à le suivre! Le premier tour est très chaud, je me place à l’extérieur au troisième virage lorsqu’il croise juste devant moi pour le changement d’angle, je freine et manque de le percuter, ouf… Je suis plus rapide que lui et à la fin du premier tour je suis dans sa roue et tente de le dépasser au freinage. Le problème est que mes plaquettes neuves m’envoient en stoppie, je relâche les freins, les reprends, à nouveau en stoppie, je me vois déjà rentrer dans le bac à toute allure… Finalement, je parviens à rester sur la piste en faisant une énorme goutte d’eau, il me repasse… Je boucle le premier tour en 12ème position. Je le double dans le tour suivant puis  tente de remonter sur le groupe de devant qui a un peu pris le large… Je roule en 1’10, donne le meilleur de moi-même, et commence petit à petit à me rapprocher du n°7. Au 9ème tour, un des pilotes partant dernier pour des gants non conformes me rattrape. Il roule plus vite que moi, je le sais, il faut que j’essaye de le suivre quand il m’aura doublé… Il se présente au freinage, je le laisse me doubler. Il est à l’intérieur mais à ma grande surprise il ne tourne pas la où habituellement tous les pilotes tournent, il élargit et étant à l’extérieur je subis sa trajectoire et me retrouve au bord du bac à graviers… Finalement il tourne et j’évite de peu la sortie de piste… Je suis maintenant trop loin des pilotes de devant. La chute d’un concurrent va me permettre de terminer en 11ème position. C’est un bon résultat, j’ai roulé en 1’10’’502 et j’égale donc mon chrono de la veille, je suis satisfait!!!

 

Dimanche, la course est à 17H30. La pluie ne cesse de tomber toute l’après midi et la piste est trempée… Je chausse donc les pneus pluie avec lesquels je n’ai jamais vraiment roulé vite (5 tours à Ledenon…). Je ne connais donc pas trop leur comportement… Je profite du tour de mise en place ainsi que du tour de chauffe pour « trouver » mes marques, ça à l’air d’aller. Et Feu, c’est parti ! Je m’élance plutôt bien et effectue un premier tour sage, je découvre les pneus et vais hausser le ton petit à petit… Je pointe à la 14ème place mais c’est très serré devant. Dans le second tour, un pilote part à la faute devant moi et le pilote juste derrière lui sort de la piste pour l’éviter… Je double un autre concurrent et passe donc le deuxième tour en 11ème position, les pneus vont très bien en fait. Il y a un groupe de trois pilotes devant moi, on commence à rouler vite… Dans le troisième tour je dépasse deux pilotes de ce groupe dont le champion de cette année qui m’a donné de précieux conseils!!! Je suis donc 9ème, je suis euphorique sous mon casque!! On se concentre un peu, le troisième pilote de ce groupe roule vite et il est difficile pour moi de le doubler… J’essaye de m’appliquer sur les endroits du circuit où il est plus rapide que moi. Puis trois tours plus tard, je roule une seconde plus vite et profite d’une petite erreur de sa part pour le doubler. Entre temps, un pilote du peloton de tête a chuté ce qui me permet de pointer à la 7ème position!!! Je sens bien les pneus et continue de cravacher sur une piste piégeuse… Mon poursuivant essaye de garder le contact et pour tout dire il n’est pas si loin... Je m’applique encore plus dans mes moindres gestes, et arrive à garder une distance « suffisante » mais néanmoins faible. Nous arrivons sur des attardés, auxquels d’ailleurs le drapeau bleu n’a pas été présenté… C’est très gênant mais surtout délicat, eux même ne savent parfois pas s’ils ont un tour de retard ou s’ils se font doubler par un pilote dans le même tour qu’eux… Je me sors finalement plutôt bien du jeu des attardés et à deux tours de la fin j’aperçois le n°42 au loin qui a l’air de faiblir, je cravache! Au dernier virage je me suis rapproché mais je suis trop loin pour tenter quoi que ce soit… Je franchis donc la ligne d’arrivée en 7ème position devant le champion de l’année et en ayant roulé en 1’17’’0 en meilleur tour, soit plus vite que le troisième!!!

 

Voila, la saison se termine sur une bonne note avec une 19ème place au championnat sur 38 pilotes classés. Je suis le premier pilote du championnat pour lequel c’est la première saison, c’est très encourageant! La saison 2012 s’annonce bien avec une expérience accrue. La moto va se voir offrir une cure de beauté pour l’hiver et puis c’est reparti !!!

 

Jérôme Hazart.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site